Accueil




1. Le suicide
chez les adolescents
> ACCUEIL > Thème 1 > Partie 4 > 4.1

» » » PARTIE 4

Les tentatives de suicide et les décès par suicide

» » 4.1- La communication d’intention suicidaire

Il apparaît donc que la communication de l'intention ne constitue pas un indice fiable du risque de décès par suicide et qu'il est FAUX de croire que les adolescents qui parlent de suicide ne le feront pas alors que ceux qui n'en parlent pas le feront.

En conclusion, il y a autant d’adolescents qui communiquent leur intention avant de se suicider que d’adolescents qui s’en abstiennent. La communication de l’intention n’est pas un indicateur qui permet de distinguer avec certitude ceux qui commettront le geste de ceux qui ne le feront pas. Il importe donc de TOUJOURS prendre au sérieux les verbalisations suicidaires des adolescents, MAIS de ne pas se baser exclusivement sur ce critère pour évaluer le risque de suicide d’un jeune. La non-communication de l’intention ne veut pas dire qu’il n’y a pas de signes de détresse ou d’autres signes non verbaux, par exemple le don d’objets, faire du ménage, se réconcilier avec ses amis, etc.

retour vers le haut

Copyright CRISE 2008, dernière mise à jour: 2 mai 2008