Accueil




2. Le suicide
chez les hommes
> ACCUEIL > Thème 2 > Partie 2 > 2.2

» » » PARTIE 2

Qu’est-ce qui pourrait expliquer que les hommes se suicident plus que les femmes?

» » 2.2- 2e explication possible : Les hommes sont plus nombreux à souffrir de troubles mentaux.

D’après cette hypothèse, la différence dans les taux de suicide des hommes et des femmes s’expliquerait par le fait que les hommes soient plus nombreux à souffrir de certains troubles mentaux fortement associés au suicide.


Les troubles mentaux et le suicide en général

Que l’on soit homme ou femme, l’importance des troubles mentaux comme facteur de risque du suicide a été plus d’une fois démontrée. Une recension de 16 études par autopsies psychologiques a révélé qu’entre 79 % et 100 % des personnes qui se sont enlevé la vie souffraient de troubles mentaux au moment du décès, dont les plus fréquents seraient les troubles de l’humeur, d’abus de substances et les troubles de la personnalité, tel que cela est révélé par le Tableau 2.

retour vers le haut


Les preuves empiriques : troubles mentaux et suicide selon le sexe

Si cette hypothèse était confirmée, cela signifierait que les hommes souffrent plus fréquemment de troubles de l’humeur, d’abus de substances et de troubles de la personnalité que les femmes. Toutefois, les résultats de recherche ne vont pas tout à fait dans ce sens, puisque :

TOUTEFOIS

DE PLUS

  • Une étude québécoise, comparant 75 hommes de 18 à 35 ans qui se sont suicidés à 75 sujets vivants, a révélé que la dépression majeure est associée à un risque 11,2 plus élevé de suicide. Ce risque est aussi 10,7 fois supérieur lorsqu’il y a un trouble de dépendance aux drogues, de 9,3 fois lorsqu’il y a un trouble de personnalité limite et de 5,4 fois lors de dépendance à l’alcool (Lesage et al., 1994).

retour vers le haut


Les interprétations possibles

Bien qu’il soit reconnu que la présence de troubles mentaux est fortement liée à un risque plus grand de suicide, l’hypothèse selon laquelle les hommes seraient plus nombreux à souffrir de troubles mentaux que les femmes pour expliquer le plus haut taux de suicide chez ceux-ci n’est pas tout à fait appuyée par les résultats d’études. Certaines explications sont proposées afin de mieux comprendre la complexité du lien entre les troubles mentaux et le suicide chez les hommes :

L’identification et le traitement des troubles mentaux seraient plus complexes chez les hommes Bien que cela soit non vérifié empiriquement, certains auteurs (Dulac, 1997 et 1999; Gallo et al., 1995; Pirkis et al., 2001) suggèrent que :
  • la dépression est plus difficile à diagnostiquer et à traiter chez les hommes; Tremblay et al. (2007) critiquent notamment l’utilisation d’outils psychométriques existants (pas toujours adaptés à la réalité masculine) pour dépister et diagnostiquer la dépression chez l’homme.

  • les hommes tardent plus à consulter pour un trouble mental;

  • ils seraient plus récalcitrants aux thérapies psychologiques ou pharmacologiques que les femmes.
Les particularités de l’abus de substances Le trouble d’abus de substances est plus fréquent chez l’homme et on suggère que :
  • l’intoxication à l’alcool ou aux drogues favoriserait le passage à l’acte et agirait donc comme désinhibiteur du comportement (Tousignant et al., 1997);

  • l’alcoolisme et la toxicomanie, avec les comportements dérangeants généralement associés (ex. : délinquance, violence, conflits familiaux et relationnels, etc.), provoqueraient des événements de vie qui augmenteraient le risque de suicide.
La comorbidité des troubles mentaux

retour vers le haut


Conclusion

La présence d’un trouble mental n’est pas une condition suffisante pour expliquer le suicide, puisque les femmes sont deux fois plus nombreuses que les hommes à souffrir de dépression majeure, le trouble le plus fortement associé au suicide, bien qu’elles soient 4 fois moins nombreuses à s’enlever la vie. Des problèmes liés au diagnostic et aux traitements des troubles mentaux, ainsi que la prévalence plus élevée de troubles d’abus de substances chez les hommes pourraient contribuer au risque plus élevé de suicide.
retour vers le haut

Copyright CRISE 2008, dernière mise à jour: 2 mai 2008