Accueil




2. Le suicide
chez les hommes
> ACCUEIL > Thème 2 > Partie 2 > 2.3

» » » PARTIE 2

Qu’est-ce qui pourrait expliquer que les hommes se suicident plus que les femmes?

» » 2.3- 3e explication possible : Les hommes considèrent de manière plus favorable le suicide.

D’après cette hypothèse, la différence dans les taux de suicide des hommes et des femmes s’expliquerait par le fait que les hommes entretiennent des attitudes plus favorables à l’égard du suicide, mais aussi parce que le suicide des hommes serait mieux accepté par la société que celui des femmes.

 

Les fondements de l'hypothèse

Le rationnel derrière cette explication possible du plus haut taux de suicide chez les hommes a été emprunté au modèle de l’action raisonnée de Ajzen et Fishbein (1980) qui suggère que l’intention de produire un comportement est déterminé par :

*où l’attitude est définie comme une « prédisposition à agir de façon positive ou négative à l’égard d’un objet, d’une personne ou d’une situation, et ce, à partir des pensées et affects de l’individu » (Daigle et al., 2002);
*et la norme sociale perçue réfère aux pressions sociales que l’individu associe à la production d’un comportement donné.

Appliqué à la conduite suicidaire, le modèle de l’action raisonnée suggère que l’attitude favorable ou défavorable qu’une personne entretient à l’égard du suicide, de même que sa perception des normes sociales en vigueur, influent directement sur la probabilité que celle-ci commette un geste suicidaire dans un moment de crise. En ce qui concerne les normes sociales perçues, Canetto et Sakinosky (1998) suggèrent que les hommes se suicideraient davantage que les femmes parce que : 1) il est socialement plus acceptable pour eux de le faire; et 2) ils craignent la stigmatisation sociale associée à la tentative de suicide.

retour vers le haut

 

Les preuves empiriques

Jusqu’à maintenant, la plupart des résultats d’études suggèrent que les hommes auraient effectivement des attitudes plus favorables envers le suicide que les femmes et certaines révèlent que de telles attitudes pourraient accroître la probabilité d’occurrence de ce comportement. En ce qui concerne les normes sociales comme facteurs de risque du suicide, les résultats sont toutefois moins concluants :

Les attitudes envers le suicide
Le lien entre attitude et suicide
  • Deux études (King et al., 1996; Limbacher et al., 1985-1986) montrent que, parmi les jeunes, ceux qui ont déjà tenté de s’enlever la vie ou qui y ont pensé sérieusement considèrent le suicide comme plus acceptable.

  • Nous ne pouvons toutefois statuer sur un lien de cause à effet, c’est-à-dire que l’attitude plus favorable était antérieure à la tentative et l’a influencée. Il pourrait tout autant s’agir d’un changement dans l’attitude des étudiants à la suite de leur tentative de suicide.
Les normes sociales
  • Deux études réalisées auprès d’étudiants ont démontré que le suicide des femmes est moins bien perçu que celui des hommes (Deluty, 1988-1989) et que le décès par suicide est considéré comme plus masculin que la tentative de suicide (Linehan, 1973).

  • L’hypothèse que la désapprobation sociale associée à la tentative de suicide chez les hommes agisse comme motivation pour aller au bout de leur suicide n’a pas encore été vérifiée empiriquement, mais va à l’encontre des données épidémiologiques au Québec, puisque les taux de tentatives de suicide chez les hommes sont jusqu’à dix fois plus élevés que ceux des décès par suicide.

retour vers le haut

 

Conclusion

En conclusion, les attitudes des hommes à l’égard du suicide semblent plus favorables que celles des femmes. Il apparaît également que, selon les normes sociales en vigueur en Amérique du Nord, le suicide d’un homme serait plus acceptable. D’autres études doivent toutefois être menées afin de déterminer si la plus grande acceptabilité du suicide par les hommes et pour les hommes puisse contribuer à expliquer pourquoi ils se suicident davantage.
retour vers le haut

Copyright CRISE 2008, dernière mise à jour: 2 mai 2008