Accueil




2. Le suicide
chez les hommes
> ACCUEIL > Thème 2 > Partie 2 > 2.4

» » » PARTIE 2

Qu’est-ce qui pourrait expliquer que les hommes se suicident plus que les femmes?

» » 2.4- 4e explication possible : Les hommes sont moins bien intégrés socialement.

Cette hypothèse s’appuie sur la théorie de Durkheim (1985) qui avance que le manque d’intégration serait l’une des explications possibles aux comportements suicidaires. On part donc du principe que les hommes seraient moins bien intégrés socialement que les femmes à certains égard, par exemple sur le fait d’avoir ou non un réseau de soutien social, un conjoint, un enfant ou un emploi, et qu’ils souffriraient davantage de leur manque d’intégration.


Les fondements et les preuves empiriques de l'hypothèse

  FONDEMENTS PREUVES EMPIRIQUES
Avoir un réseau social
Avoir un conjoint
  • Les hommes célibataires affichent des taux de mortalité plus élevés que les femmes dans la même situation (Gove, 1973; Hemström, 1996; Hu et al., 1990).

  • Le lien entre taux de suicide et de divorce est plus prononcé chez les hommes, et ce, dans de nombreux pays (Lester, 1994; Preti et al., 1999).

  • L’absence de partenaire amoureux serait associée à un plus fort sentiment de solitude, à un réseau social plus restreint et à une disponibilité moins grande de soutien social chez les hommes qui ont tenté de s’enlever la vie (Houle, 2005).
Avoir un enfant
  • De la perte du partenaire amoureux découle parfois aussi la perte de contact régulier avec son enfant, puisque dans la majorité des cas, la garde est confiée exclusivement à la mère (Tremblay, 2002, dans Rondeau et al., 2004).

  • On suggère qu’une relation engagée et soutenue avec des enfants puisse protéger du suicide.
  • Les taux de suicide seraient plus élevés chez les personnes sans enfant (Danigelis et al., 1979).

  • La présence d’enfants dans le foyer serait associée à des taux de mortalité moins élevés (Hemström, 1996).

  • Une étude québécoise a révélé que, chez les hommes qui ont tenté de se suicider, les contacts avec les enfants étaient moins fréquents et que ces derniers étaient moins souvent cités parmi les membres du réseau de soutien social (Houle, 2005).
Avoir un emploi

retour vers le haut


Conclusion

En conclusion, les études suggèrent que les hommes seraient moins bien intégrés socialement que les femmes; leur réseau social familial serait plus restreint et ils sont plus souvent privés du contact quotidien avec leurs enfants en cas de séparation conjugale. Ils souffriraient davantage de ce manque d’intégration et seraient plus affectés par le divorce et le chômage, ce qui pourrait expliquer en partie pourquoi ils se suicident davantage.
retour vers le haut

Copyright CRISE 2008, dernière mise à jour: 2 mai 2008