Accueil




2. Le suicide
chez les hommes
> ACCUEIL > Thème 2 > Partie 2 > 2.7

» » » PARTIE 2

Qu’est-ce qui pourrait expliquer que les hommes se suicident plus que les femmes?

» » 2.7- 7e explication possible : Les particularités du rôle masculin prédisposent les hommes au suicide.

D’après cette hypothèse, la différence dans les taux de suicide des hommes et des femmes s’expliquerait par le fait que l’adhésion aux normes du rôle traditionnel masculin rendrait les hommes plus à risque de suicide parce qu’ils seraient, par exemple, plus enclins à réprimer l’expression de leurs émotions et à vouloir résoudre leurs problèmes seuls.



Le concept de la socialisation masculine

Le stoïcisme un homme ne partage pas sa souffrance, ne pleure pas en public et évite les émotions vives, particulièrement celles reflétant de la dépendance ou de la chaleur;
L’autonomie un homme est indépendant; il fait face aux difficultés de la vie en restant impassible et n’admet pas ses dépendances aux autres;
La réussite un homme réussit sur le plan professionnel de façon à être capable de nourrir la personne aimée et sa famille;
L’agressivité un homme est fort et robuste; il agit agressivement si les circonstances l’exigent.

retour vers le haut


Preuves empiriques

La disparité dans l’adhésion du rôle masculin Parmi les hommes, on constate de grandes variations quant à l’importance accordée au respect du code de conduite masculin: certains ont fortement intégré ces normes sociales, d’autres en sont peu affectés (Eisler et al., 1987; O’Neil et al., 1986). Les hommes ne doivent pas être considérés comme un groupe homogène, certains adhèrent certes au rôle traditionnel masculin, mais d’autres ne s’y reconnaissent pas du tout, adhérant à un code de conduite plutôt androgyne (Houle, 2005; Payne et al., 2008). Il faut dire que la société change et que les rôles ou tâches traditionnellement associés à la femme sont de plus en plus adoptés par les hommes et socialement acceptables (éducation des enfants, tâches ménagères, homme au foyer, etc.).
L’adhésion au rôle masculin et les facteurs de risque du suicide Vouloir se conformer aux exigences du rôle masculin traditionnel, plus particulièrement sur la réticence à exprimer ses émotions, serait associé à:

La socialisation et le suicide
  • une étude réalisée auprès d’étudiants indique que l’adhésion au rôle masculin serait un bon prédicteur de la probabilité de commettre un geste suicidaire (Borthick, 1997);

  • une autre étude suggère un lien entre les idéations suicidaires « sérieuses » et des attitudes qui tendent vers un rôle de genre plus traditionnel, mais seulement auprès d’adultes nés au début des années 50 (comparativement à d’autres nés au début des années 30 et 70) (Hunt et al., 2006). À noter qu’il s’agit du groupe pour lequel le taux de décès par suicide est le plus élevé au Québec.

  • l’adhésion au rôle masculin prédit la tentative de suicide chez des hommes adultes, bien que l’influence néfaste du rôle masculin ne soit pas directe, mais s’exerce plutôt à travers des variables médiatrices, comme l'état mental, la demande d’aide et le soutien social (Houle et al., 2008); cette étude suggère donc que c’est en affaiblissant le filet de sécurité autour de l’individu que le rôle masculin accroît le risque de faire une tentative de suicide.

  • Selon Tremblay et al. (2007), le fait de se sentir en conflits de rôle de genre sur des aspects liés à la réussite (pouvoir, travail, famille) serait plus fréquent chez les hommes qui ont des idéations suicidaires; cette relation n’a toutefois pas été observée sur des conflits de rôle liés à l’expression de soi sur un plan plus personnel.

retour vers le haut


Conclusion

L’adhésion au rôle masculin traditionnel est associée à une plus grande réticence à exprimer ses émotions et à avoir recours à la demande d’aide, nuisant ainsi à l’obtention de soutien social. Des données récentes suggèrent que l’adhésion au rôle masculin augmenterait le risque de commettre un geste suicidaire, possiblement à cause de son influence négative sur ce facteur de protection du suicide qu’est le soutien social, mais cette hypothèse doit toutefois faire l’objet d’études supplémentaires afin d’en vérifier la validité.
retour vers le haut

Copyright CRISE 2008, dernière mise à jour: 2 mai 2008