Accueil




2. Le suicide
chez les hommes
> ACCUEIL > Thème 2 > Partie 3 > 3.1

» » » PARTIE 3

Les hommes gais sont-ils plus à risque de suicide?

» » 3.1- Les preuves empiriques

Plusieurs auteurs suggèrent que les hommes gais seraient plus à risque de suicide que les hétérosexuels. Toutefois, il est difficile de déterminer exactement l’incidence des comportements suicidaires chez les hommes gais, et ce, pour deux raisons:

Il est difficile d’estimer : Explications
le nombre d’hommes gais dans la population
  • Les critères utilisés pour identifier les hommes gais sont multiples et pas nécessairement comparables, par exemple (Laumann et al., 1994; Sell et al., 1995):
    • a. identité homosexuelle ou bisexuelle (2,8 %);
    • b. partenaire du même sexe ou attraction pour une personne du même sexe au cours des 5 dernières années (4,1 % à 6,2 %);
    • c. partenaire du même sexe ou attraction pour une personne du même sexe depuis l’âge de 15 ans (20,8 %).
  • Plus les hommes sont jeunes, moins l’identité sexuelle est claire.
  • Par peur de préjugés, certains hommes peuvent ne pas s’identifier comme gais.
le nombre d’hommes gais ayant eu des comportements suicidaires Dans le cadre des autopsies psychologiques par exemple, l’entourage ou le corps médical qui doivent divulguer les informations relatives à la personne décédée par suicide, peuvent ne pas être au courant de son orientation sexuelle.


Malgré ces problèmes, qui devraient plutôt traduire une sous-estimation des comportements suicidaires des hommes gais, les études suggèrent que la problématique du suicide serait plus fréquente auprès de cette clientèle qu’auprès des hommes hétérosexuels, avec un risque 2 fois plus élevés de tentatives de suicide dans la dernière année et un risque 4 fois plus élevé de tentatives à vie (King et al. 2008).

  Jeunes (gais) Groupe témoin (hétérosexuel) Adultes (gais) Groupe témoin (hétérosexuel)
Idéation(s) dans le dernier mois Entre 19 et 31 % (Remafedi, 2002; Remafedi, 1998) Entre 15 et 20 % (Remafedi, 2002; Remafedi, 1998)  
Tentative(s) dans la dernière année Entre 4 % et 28 % (Remafedi, 2002; Savin-Williams et al., 2003; Remafedi, 1998)
Entre 2,7 et 4,2 % (Remafedi, 2002;, Remafedi, 1998) Entre 14,7 et 18.8 %
(Herrell et al., 1999)
2,2 %
(Herrell et al., 1999)
Tentative(s) à vie Entre 33 % et 39 % (Savin-Williams et al., 2003; Remafedi, 2002) 6,8 % (Remafedi, 2002) Les jumeaux homosexuels seraient 4 fois plus à risque de comportements suicidaires que les jumeaux hétérosexuels (Herrell et al., 1999).

retour vers le haut

Copyright CRISE 2008, dernière mise à jour: 2 mai 2008