Accueil




2. Le suicide
chez les hommes
> ACCUEIL > Thème 2 > Partie 4 > 4.2

» » » PARTIE 4

Comment peut-on atteindre les hommes et intervenir en prévention du suicide?

» » 4.2- Intervenir auprès des clientèles masculines

Les hommes en détresse ne manifestent pas leur souffrance de la même manière que les femmes. Ils seraient notamment plus agressifs et irritables, mais ces manifestations ne sont généralement pas reconnues comme une demande d’aide par les professionnels, mais plutôt comme une manifestation de violence (Dulac, 1997). Les symptômes de dépression majeure varieraient également selon le sexe (Walinder et al., 2001). Ces particularités posent des défis particuliers aux professionnels, notamment les médecins généralistes, qui doivent dépister ces problèmes psychologiques chez les hommes.
Par ailleurs, les hommes réagissent moins bien que les femmes aux approches thérapeutiques traditionnelles proposées par les professionnels de la santé, notamment parce qu’elles entrent en contradiction avec plusieurs exigences du rôle masculin (Dulac, 1999). Les professionnels qui œuvrent auprès des clientèles masculines devraient donc être au fait de cette réalité et outillés pour proposer des stratégies alternatives.
De plus, une relation père-enfant soutenue et harmonieuse constitue probablement un facteur de protection important du suicide chez les hommes. Les intervenants qui travaillent auprès des enfants et de leur famille devraient être sensibilisés à l’importance de l’engagement paternel et habilités à en faire la promotion.
Quelques formations pourraient contribuer à améliorer l’intervention auprès des hommes et ainsi prévenir les comportements suicidaires, dont :


1. Formation en intervention auprès des clientèles masculines

Différentes formations sont dispensées à travers la province, dont «  Intervenir auprès des hommes en détresse », une formation développée par Gilles Tremblay, PhD, t.s. et Pierre L’heureux, m.a., andragogue. S’appuyant sur l’expérience clinique des participants et participantes, cette formation les habilite à mieux dépister et intervenir auprès des hommes en crise. Elle aborde différentes questions dont :

  • Une réflexion sur les transferts et contre-transferts pouvant interférer dans la relation thérapeutique avec les hommes plus traditionnels

  • Le processus de construction de l’identité masculine et ses effets sur la demande d’aide et le processus thérapeutique

  • Des clés pour intervenir efficacement auprès des hommes plus traditionnels

En plus de leurs liens avec la recherche de pointe dans le domaine, les formateurs utilisent leur expérience de plus de 25 ans de travail direct auprès des hommes de même que l’expérience acquise à travers la supervision et la formation d’intervenants et intervenantes.

La formation peut s’étaler sur une journée ou plus selon les besoins du groupe et aborder des thèmes comme l’intervention auprès des hommes vivant des problématiques plus spécifiques telles une séparation ou un divorce, l’usage de comportements violents, une histoire d’abus sexuel dans l’enfance, l’engagement paternel, des troubles graves de santé mentale, ou en contexte interculturel.

Pour plus d’information : gilles.tremblay@svs.ulaval.ca ou lheureux99@hotmail.com

 

Une autre formation d’une journée développée par le groupe A.I.D.R.A.H. (Action intersectorielle pour le développement et la recherche sur l’aide aux hommes) aborde diverses questions telles que :

  • La socialisation masculine et son impact sur la recherche d’aide;

  • Le paradoxe de l’intervention auprès des clientèles masculines;

  • Intervenir avec les exigences de la masculinité.

Pour plus de renseignements sur cette formation, vous pouvez contacter M. Germain Dulac (germaindulac@hotmail.com).

retour vers le haut


2. Formation à l’approche orientée vers les solutions

Cette approche de thérapie brève serait plus appropriée pour les hommes que les approches traditionnelles axées sur l’expression des émotions, car elle est centrée sur les forces des individus et ancrée dans l’action. Il existe plusieurs professionnels qui peuvent offrir des formations à cette approche.

retour vers le haut


3. Utiliser le groupe pour intervenir auprès des hommes en difficulté


L’intervention de groupe serait particulièrement adaptée aux besoins des hommes, puisqu’elle offre un milieu structuré et sécuritaire sur le plan émotionnel, leur permettant d’acquérir de nouvelles habiletés cognitives, relationnelles et psychosociales (Dulac, 1999). Les éléments essentiels à une expérience positive et efficace du groupe procèdent du soutien fourni par l’ensemble des membres, de l’engagement et de la participation des personnes présentes. Le groupe constitue un espace privilégié d’expérimentation d’attitudes et de comportements différents. De plus, le fait pour les hommes de recevoir de l’aide, mais aussi d’en donner, renforce leur estime de soi et le respect d’eux-mêmes. Dans un tel cadre, l’intervenant agit plutôt à titre d’expert-conseil et facilite le changement visé sans en assumer l’entière responsabilité, puisque tous les hommes du groupe sont partie intégrante du processus thérapeutique.
Dans un document réalisé par le Comité de travail en matière de prévention et d’aide aux hommes (2004), deux approches d’intervention de groupe ont été qualifiées d’expériences prometteuses : les groupes d’entraide et de soutien et les groupes masculins autogérés. Les groupes d’entraide et de soutien sont mis sur pied par des organismes dont la vocation est d’accompagner leur clientèle dans un processus d’information et de prise de conscience. L’intervention s’adapte aux besoins, elle peut être très courte (par ex. : une séance) ou se dérouler sur plusieurs rencontres ou quelques années. Les groupes masculins autogérés permettent aux hommes de partager leur vécu et leurs sentiments en toute confiance, sans jugement, et ce, sans l’aide d’animateurs ou de thérapeutes. Cette approche mise sur la croissance personnelle par la parole, l’écoute et la réflexion.

retour vers le haut

Copyright CRISE 2008, dernière mise à jour: 2 mai 2008