Accueil




4. Évaluer le potentiel
suicidaire et gérer
la crise suicidaire

PARTIE 1: Évaluer le potentiel suicidaire
PARTIE 2: Gérer - Outils
PARTIE 3: Gérer -
Intervenants bénévoles ou professionnels

PARTIE 4:
Implications et les défis pour la pratique
Bibliographie
» PLAN DU THÈME
> ACCUEIL > Thème 4 > Partie 3 > 3.3

» » » PARTIE 3

Y a-t-il une différence entre l’intervention effectuée par un professionnel et un bénévole?

» » 3.3- Les évidences empiriques

Existe-t-il des données scientifiques nous permettant d’affirmer que l’intervention effectuée par un bénévole auprès d’une personne en crise suicidaire est meilleure, similaire ou moins efficace que par un professionnel?

Jusqu’à maintenant, peu d’études se sont penchées sur cette question. Les seules informations disponibles portent sur des mesures liées :

  • à la relation thérapeutique (échelle de Truax et Carkhuff):
    • les bénévoles seraient similaires aux professionnels quant à l’ authenticité ;
    • les bénévoles seraient plus chaleureux et empathiques avec les appelants que les professionnels (Knickerbocker & McGee, 1973);
  • à la qualité de l’évaluation :
    • les bénévoles démontreraient moins de perspicacité , de rigueur et d’ attention au diagnostic que les professionnels (Hirsch, 1981).
    MAIS

A. ces résultats doivent être répliqués puisqu’ils ne portent pas sur les mêmes caractéristiques;

B. d’autres mesures d’efficacité doivent aussi être prises en compte telles que:

  • la diminution du risque suicidaire à la fin de l’intervention;
  • le sentiment de confiance de la personne suicidaire envers l’intervenant (professionnel / para-professionnel bénévole);
  • la référence adéquate à d’autres ressources (ex. médecins, psychiatre, etc.) s’il y a lieu.
retour vers le haut

Copyright CRISE 2008, dernière mise à jour: 2 mai 2008