Accueil




5. Traitement des personnes suicidaires
> ACCUEIL > Thème 5 > Partie 2 > 2.5

» » » PARTIE 2

L'efficacité des thérapies

» » 2.5- Conclusion générale de l’efficacité des thérapies

À l’exception des thérapies de type cognitif-comportemental, le nombre d’études empiriques ayant évalué d'autres formes de thérapies sur les comportements suicidaires est trop restreint pour être en mesure de se prononcer sur leur efficacité de ces traitements. Cependant, sur la base de ces résultats et dans le cadre de ces limites, le traitement des personnes suicidaires, peu importe le type de thérapie (traitement expérimental et traitement habituel), semble avoir un effet important sur la diminution des idéations suicidaires. Les thérapies de type cognitif-comportemental semblent être plus efficaces pour diminuer la récidive des tentatives de suicide puisque les personnes qui ont suivi une telle thérapie ont fait moins de tentatives. À la suite d’une tentative de suicide où la personne a reçu les soins physiques appropriés en milieu hospitalier, la simple référence à une personne-ressource ou le fait de donner un numéro de téléphone en cas de besoin ne semble pas permettre d’obtenir de tels effets. D’autres études doivent être menées afin de vérifier l’efficacité de la thérapie cognitive-comportementale sur les tentatives de suicide et mieux comprendre les processus sous-jacents.

Les études futures doivent prendre en compte les limites des études recensées jusqu’à maintenant qui rendent difficile la généralisation des résultats:
  • nombre restreint de participants;
  • échantillons de participants hétérogènes ou peu comparables d’une étude à l’autre;
  • critères d’évaluation (instruments de mesure) divers;
  • définition large de la tentative de suicide (comportements autodestructeurs) qui peut comprendre des comportements de faible intentionnalité;
  • exclusion des personnes présentant un risque suicidaire élevé (celles qui ont besoin d’une hospitalisation psychiatrique ou des services d’un hôpital de jour à cause d’un trouble mental ou d’un risque suicidaire plus élevé), faisant ainsi en sorte qu’il est impossible de savoir si de telles interventions sont efficaces auprès des personnes les plus en danger.
retour vers le haut

Copyright CRISE 2008, dernière mise à jour: 2 mai 2008