Accueil




5. Traitement des personnes suicidaires
> ACCUEIL > Thème 5 > Partie 4 > 4.1

» » » PARTIE 4

Traitement pharmacologique de la dépression

» » 4.1- Les études écologiques sur la prescription d’antidépresseurs et les taux de suicide

» 4.1.1- Description

Au cours des dernières années, plusieurs études ont rapporté une association entre l’augmentation de la prescription d’antidépresseurs et la diminution des taux de suicide. Les études écologiques mettent en lien les taux de suicide de différents pays et les fluctuations dans la prescription des antidépresseurs. Bien que plusieurs études aient trouvé un lien entre la diminution des taux de suicide et l’augmentation de la prescription d’antidépresseurs pour certains pays, d’autres cependant n’ont observé aucune relation entre ces deux phénomènes.

retour vers le haut

» 4.1.2- Preuves empiriques

Auteurs (année) Pays Résultats obtenus
Morgan et al. (2004)
Grunebaum et al. (2004)
Isacsson et al. (2002)
Ohberg et al. (1998)
Olfson et al. (2003)
Rihmer (2001)
  • Angleterre
  • Autriche
  • Danemark
  • États-Unis
  • Finlande
  • Hongrie
  • Norvège
  • Suède
La diminution des taux de suicide est corrélée à une augmentation de la prescription des antidépresseurs

Une étude américaine a toutefois identifié des variations inter-États avec des taux de suicide plus bas dans les endroits où la prescription d’ISRI et d’antidépresseurs de la nouvelle génération est plus élevée, mais des taux de suicide plus élevés dans les États où c’est la prescription d’antidépresseurs tricycliques qui prédomine(Gibbons et al., 2005).

Une étude autrichienne observe une diminution du taux de suicide corrélée à une augmentation de la prescription d’antidépresseurs ainsi qu’à une augmentation du nombre de psychothérapeutes par habitant (Kapusta et al., 2008), émettant donc l’hypothèse de l’impact favorable de meilleurs soins et services en santé mentale.

Ankarberg (2003)
Hemels et al. (2002)
van Praag (2002)
  • Australie
  • Canada
Dans des pays où les taux de suicide sont stables ou à la hausse, on trouve également cette augmentation de la prescription d’antidépresseurs.

[Par exemple, l’utilisation des antidépresseurs en Australie a augmenté de plus de six fois chez les hommes de 25 à 34 ans, alors que le taux de suicide a augmenté de 17 % (Ankarberg, 2003)].

retour vers le haut

» 4.1.3- Problèmes méthodologiques

  • D’emblée, il faut savoir que les études écologiques ne permettent pas de statuer sur une relation de cause à effet entre les deux phénomènes, c’est-à-dire que ce soit l’effet attribuable aux antidépresseurs qui est la cause de la diminution du taux de suicide. Elles permettent de démontrer un effet de corrélation entre deux phénomènes observables, sans pouvoir statuer sur le sens de la relation entre eux.

  • Ces études n’utilisent pas de groupe témoin, ce qui ne permet pas de contrôler les effets éventuels d’autres facteurs qui pourraient contribuer à diminuer les taux de suicide. Par exemple, une plus grande prescription d’antidépresseurs demande un meilleur dépistage des troubles de l’humeur par les médecins. Toutefois, par ces études, il est impossible de distinguer l’effet des changements de pratiques des médecins face aux personnes dépressives et/ou suicidaires et les effets liés à la pharmacologie ou à d’autres types d’interventions psychothérapeutiques. D’autres actions peuvent avoir un effet, mais ne peuvent être vérifiées avec ces études, entre autres:
    • les changements dans les politiques sociales;
    • les campagnes de prévention du suicide.

  • Dans certains pays, la Hongrie par exemple, il est difficile de déterminer l’influence des antidépresseurs sur la diminution des taux de suicide puisque la diminution était déjà amorcée avant l’introduction de la nouvelle génération d’antidépresseurs et l’augmentation de leur prescription (Zonda, 2003).
Sur la base des études écologiques, on ne peut tirer de conclusions claires quant à l’efficacité de la prescription des antidépresseurs dans la population pour diminuer le risque de suicide puisque les études ne permettent pas de vérifier si la diminution des taux sont attribuables aux antidépresseurs ou à d’autres causes sur le plan individuel ou social.
retour vers le haut

Copyright CRISE 2008, dernière mise à jour: 2 mai 2008