Accueil




7. Suicides en grappes
> ACCUEIL > Thème 7 > Partie 3 > 3.2

» » » PARTIE 3

Les grappes de masse

» » 3.2- Quelles sont les limites des preuves de l'existence du phénomène des suicides en grappes de masse ?

La majorité des preuves de l'existence du phénomène sont tirées d’études épidémiologiques (Phillips, Lesyna, & Paight, 1992; Stack, 2002, 2003) comparant les taux de suicide observés dans une région à des moments différents (lorsqu'il y a ou pas de couverture de suicides par les médias). Des limites sont associées à cette méthode, lorsque certains contrôles ne sont pas exercés quant à l’influence de variables concurrentes dans les  variations des taux de suicide :

  • Dans ces études, plusieurs éléments du contexte social entourant la présentation d’histoires de suicide dans les médias ne sont pas contrôlés, tels la qualité des services de soins de santé, les conditions socio-économiques, les tendances saisonnières, les congés fériés, les changements dans la structure et la taille des populations, et les taux de chômage (Gould, 2001; Pirkis & Blood, 2001b; Schmidtke & Schaller, 1988). De tels éléments sociaux sont susceptibles d’expliquer à eux seuls les fluctuations dans les taux de suicide, en dehors de « l’effet » du traitement d’histoires de suicide dans les médias.  De plus, rares sont les études offrant des preuves directes ou des preuves indirectes que les personnes suicidées ont été exposées à l'histoire de suicide (Hawton & Williams, 2001; Pirkis & Blood, 2001a; Pirkis & Blood, 2001b).

Par contre, l’étude de Tousignant et ses collègues (2005) se démarque de plusieurs autres études sur la question. Les chercheurs onten effet recueilli des preuves plus directes de l’occurrence d’une grappe de masse suite à la médiatisation du suicide du journaliste Gaëtan Girouard, au Québec. À cet effet, les chercheurs ont utilisé des indices directs de l'assocciation des différents suicides. Ils ont identifié des cas de suicides ayant employé la même méthode singulière que le journaliste décédé. Ils ont également mené une analyse systématique d’éléments dans la vie des personnes suicidées dans les semaines qui ont suivi le suicide médiatisé. Plusieurs indices permettent d'associer certains de ces suicides au premier, tels les notes de suicide laissées, les journaux personnels,  et des propos recueillis auprès des proches des personnes suicidées faisant mention de l'impact du suicide de Gaétan Girouard sur la personne décédée par suicide subséquement. Ils ont aussi noté une augmentation du nombre d'appels aux centres de prévention du suicide.

retour vers le haut


Copyright CRISE 2008, dernière mise à jour: 2 mai 2008