Accueil




7. Suicides en grappes
> ACCUEIL > Thème 7 > Partie 4 > 4.5

» » » PARTIE 4

Implication et défis

» » 4.5- Conclusion sur les explications du phénomène des grappes localisées

De part la nature indirecte des données empiriques cumulées au sujet de la validité de ces deux hypothèses, nous pouvons suggérer tout au plus qu’elles offrent des pistes d’explications possibles et intéressantes pour comprendre le phénomène des suicides en grappe localisée. Mais, elles n’ont pas été prouvées, et plusieurs hypothèses concurrentes doivent être examinées. Une difficulté également associée à l’étude des grappes localisées est de prouver le lien d'influence entre les cas de suicide qui composent la grappe, c’est-à-dire que le second suicide et les subséquents n'auraient pas eu lieu sans la présence du premier, et qu'on est bien en présence d'une grappe. Néanmoins, ce lien d’influence pourrait être évalué à partir de la méthode de l’autopsie psychologique (Pouliot & Deleo, 2006), consistant, pour l’essentiel à mener des entrevues auprès des proches des de personnes suicidées, et à faire une analyse des documents personnels des personnes suicidées de la grappe (ex. : note suicidaire, journal personnel, courriels, etc.), dont les données recueillies seraient à même de fournir des indications sur la nature des  liens partagées entre les membres de la grappe, mais aussi sur l’impact du premier suicide sur les autres. Par exemple, est-ce que le deuxième cas de suicide a mentionné à ses proches, avant de mettre fin à ses jours, qu’il a été troublé par le premier suicide ? Est-ce que le deuxième cas ou les suivants de la grappe ont indiqué quelque part dans leurs documents personnels que le premier suicide motivait leur geste? 

retour vers le haut


Copyright CRISE 2008, dernière mise à jour: 2 mai 2008