Accueil




8. La prévention du suicide et les aînés
> ACCUEIL > Thème 8 > Partie 2 > 2.1

» » » PARTIE 2

Les explications des faibles taux de décès par suicide des aînés au Québec


» » 2.1- Le sort des aînés au Québec 

Le taux de suicide relativement peu élevé des aînés au Québec cadre bien avec d’autres recherches sur les personnes âgées au Québec. L’Enquête Santé-Québec (Bellerose et al., 1993) ainsi que d’autres enquêtes canadiennes indiquent clairement que, parmi tous les groupes d’âge, sont ceux qui présentent le moins de troubles mentaux et sont les plus heureux de leur vie. Au Québec les aînés présentent le plus haut taux de satisfaction en ce qui concerne leurs relations familiales, avec les soins de santé et présentent un niveau de bien-être généralement plus élevé que les personnes plus jeunes. De plus, l’idée selon laquelle la génération des jeunes est en train d’abandonnes les aînés est un mythe. Il n’y pas d’indication dans les recherches à l’effet que les aînés reçoivent moins de soutien de leurs enfants que ce qu’ils souhaitent. En réalité, les aînés font plus de réparations dans les maisons que les enfants n’en font chez leurs parents, ils donnent plus d’aide à domicile qu’ils n’en reçoivent et ils donnent plus d’argent à leurs enfants qu’ils n’en reçoivent, et sont satisfaits qu’il en soit ainsi. Seulement 5 % des aînés vivent en institution, donc l’aîné typique vit indépendamment et est en relativement bonne santé. Cela ne veut pas dire que les aînés n’ont pas de douleurs et ne présentent pas une probabilité élevée de problèmes de santé chronique.  Mais les aînés au Québec ont généralement une vie active.

retour vers le haut

Copyright CRISE 2008, dernière mise à jour: 2 mai 2008